1 juin 2010

Techno-dépendants

Dans ce numéro :

Dans ce monde où la technologie est très présente, sommes-nous devenus « techno-dépendants »? Lisez notre survol du sujet qui expose les éléments clés entourant la question afin de profiter de ces nouveaux outils au lieu de les subir.

Tout juste après son élection historique en tant que Président des États-Unis, Barack Obama affirmait que sa principale difficulté serait de se défaire de son BlackBerry. En avril 2007, Research in Motion, une société qui commercialise ces appareils et gère son propre réseau, a connu une panne de service de quelques heures, ce qui a forte- ment déplu aux utilisateurs, qui affirmaient se sentir amputés d’un de leurs membres! Donc ces BlackBerry, iPhone et autres téléphones intelligents, ces ordinateurs portables de plus en plus légers et performants, ces clés internet sans fil, etc., contribuent à l’avancement technologique important de notre société occidentale. Mais attention, ils sont également des facteurs clés de notre dépendance technologique! Nous vous exposerons donc quelques faits sur cette dépendance technologique, ainsi que des conséquences qu’elle peut engendrer sur les ressources au sein des organisations et sur les entreprises elles-mêmes. Nous formulerons ensuite quelques recommandations pour vous aider à tirer profit de la technologie en minimisant les impacts qui seraient néfastes à plus long terme.

Preuves tangibles de la technodépendance : Pensez-vous qu’il soit possible d’être dépendant à la technologie?

Ce jugement est-il exagéré? Voici pourtant quelques données pour vous convaincre de l’importance qu’a prise la technologie dans notre environnement :

  • Selon Cyberpresse, l’Amérique du Nord représente 67 % du marché mondial de Research in Motion (BlackBerry) et cette même entreprise a d’ailleurs vendu 16 millions d’appareils en 2007, ce qui représente une croissance des ventes de 50 % en une année seulement!
  • Des hôtels en Colombie-Britannique ont commencé à offrir des forfaits de « désintoxication envers la technologie », en demandant aux adhérents de remettre tous leurs appareils technologiques à la réception dès leur arrivée.
  • De plus, une étude de l’Université de Northampton, en Angleterre, a révélé que plus du tiers des utilisateurs de BlackBerry démontraient des signes de dépendance similaires à ceux des alcooliques!

Il s’agit donc d’une réelle dépendance, qui suscite une réflexion
importante!

Quels sont les liens tangibles que nous pouvons faire entre cet avancement technologique, la dépendance et le travail? D’après une étude de Statistique Canada, l’utilisation accrue des technologies entraine une augmentation importante
d’heures supplémentaires travaillées et non rémunérées pour mener des activités à distance, faire le suivi de dossiers, établir des contacts, etc. Vous vous reconnaissez dans ce profil d’utilisateur excessif? Combien de personnes vont lire leurs courriels en fin de soirée, au cours de la fin de semaine ou même en vacances?

Qu’est-ce cela représente pour les travailleurs et leurs employeurs?

Une étude démontre qu’il y a un lien important à faire entre le surcroit de travail et les modifications importantes dans les façons de faire, principalement dans les milieux où l’avancement technologique est une réalité indéniable :

  • Ironiquement, il semblerait que près de 60 % des employés qui maitrisent les technologies aient plus souvent l’impression d’avoir moins de temps pour faire leur travail, alors que les avancés technologiques servent à faciliter l’exécution des tâches et à être plus productif;
  • Le travail d’aujourd’hui semble également plus complexe et plus lourd (plus de tâches), puisque 65 % des employés qui maitrisent les technologies affirment devoir souvent répondre à des demandes non pré- vues, abandonner une tâche pour en accomplir une autre, avoir une tâche à accomplir rapidement à l’externe, etc.

De plus, 60 % des travailleurs américains en gestion ont révélé que les nouvelles technologies font en sorte qu’ils travaillent plus, soit à la maison ou à l’extérieur, en dehors des heures de travail, et ce, grâce aux ordinateurs portables, aux cellulaires, aux BlackBerry et autres outils technologiques. À priori, cela semble plutôt très avantageux pour les employeurs : plus d’heures de travail, plus d’implication de la part des employés, plus de facilité à les joindre! Par contre, il importe de noter que l’étude américaine, tout comme celle de Statistique Canada citée précédemment, révèle qu’une conséquence importante de ces nouvelles réalités se traduit par un accroissement considérable du stress et de la fatigue chez les travailleurs.

Toutefois, les avantages ne sont pas unidirectionnels, puisque la technologie facilite également la vie des travailleurs :

  • Plus de flexibilité dans le travail et donc de plus en plus de place accordée au télétravail, puisque les employés peuvent sou- vent accomplir la plupart de leurs tâches de la maison;
  • La possibilité d’être joignable partout et rapidement est un atout important : les enfants peuvent joindre leurs parents facilement même s’ils sont sur la route, par exemple. Les employés peuvent également communiquer plus facilement avec leur famille et leurs amis, s’offrant quelques instants de détente au travail.

Quelques recommandations pour jouir de la technologie sans la subir : Même si l’avancement technologique notable des dernières années présente des avantages et des inconvénients pour chaque aspect de la relation employé-employeur, il y a toujours des occasions à saisir pour augmenter favorablement le ratio-bénéfices- inconvénients dans nos rapports avec la technologie.

Voici quelques trucs et recommandations pour améliorer les rapports des employés avec la technologie… et donc en profiter!

  • Limiter si possible les déplacements multiples d’un lieu d’affaires ou de rencontre à un autre, de façon à ne pas être constamment sur la route. Nous nous assurons ainsi que les outils technologiques ne représentent pas le seul lien concret avec le bureau;
  • Pendant les périodes de vacances prolongées (vacances estivales, congé de Noël, semaine de relâche), respectez les vacances des gens. Ne les contactez pas et, si possible, demandez-leur de laisser leurs outils technologiques au bureau afin de leur permettre de se reposer totalement!

Il est surtout important de retenir que l’avancement technologique n’est pas un fardeau, puisqu’il suffit de se protéger de l’attitude « technodépendante », en s’imposant des limites par rapport au travail et à la technologie. Il importe de tirer avantage des technologies plutôt que de les subir. Par exemple, une entreprise qui est avancée technologiquement présente plus de facilité à s’adapter aux changements et est donc plus résiliente. Sur ce dernier point, les travailleurs de la plus jeune génération pourront vous aider à surfer sur la vague technologique, puisqu’ils ont tous littéralement plongé dans la vague dès leur plus jeune âge. Ils seront donc votre atout pour faire de la technologie votre alliée!

Réflexion sur votre situation…

  • Quand votre BlackBerry sonne, peu importe ce que vous faites, vous ne pouvez vous empêcher d’aller lire votre courriel.
  • Combien de soirs par semaine ouvrez-vous votre portable en fin de soirée pour des raisons professionnelles?
  • Pouvez-vous quitter la maison sans votre télé- phone cellulaire, même la fin de semaine?
  • Êtes-vous en mesure de faire le trajet entre le bureau et la maison sans votre « Bluetooth » pour ne manquer aucun appel?
  • Si vous vous reconnaissez dans ces situations, vous êtes peut-être technodé pendant. Une réflexion et une modification de vos habitudes de travail se- raient peut-être importantes pour améliorer votre qualité de vie!

Commentaires

Vous aimeriez nous faire part de vos comentaires, partagez-les directement sur notre site:

Laisser un commentaire

Vous aimeriez nous transmettre vos commentaires en privé, n’hésitez pas à nous écrire à info@ssasolutions.com.



Categories



L'Équipe SSA

2000 Peel, bureau 870
Montréal, QC
H3A 2W5